mon dictionnaire d'entonymes
(extraits)

En vrai, la « greffe » de vocabulaire est un procédé très anciennement connu, dont Lewis Carroll est, sinon l’inventeur, le plus célèbre praticien (après Rabelais tout de même, et avant lui, Aristophane, « fabricateur génial » de mots, selon l’expression de Victor-Henry Debidour, qui dans son travail de traduction de l’auteur grec en vit jaillir « comme sauterelles dans les herbes sèches »). Quantité d’auteurs ont eu recours à ce système, ainsi Edgar Poe qui forge le mot « anonymosité » pour qualifier l’attitude d’un critique qui l’a calomnié sans divulguer son nom. En langue française, le produit de cette méthode est appelé diversement mot-valise ou mot à tiroir, ou encore mot-chimère, dénominations peu satisfaisantes, de mon point de vue. Bien qu’il soit homonyme des mots contraires, dits antonymes, quasi identique dans sa constitution, permettez que je leur préfère un autre mot-chimère issu de l’horticulture, puisqu’il s’agit bien d’une certaine culture du langage, de type expérimentale et d’un genre essentiellement ludique, dont je me plais à observer l’éclosion subreptice et sonder les secrètes ramifications.

Ce dictionnaire constitue naturellement un chantier d'écriture perpétuel.


MON DICTIONNAIRE D'ENTONYMES, extrait © Rémy Leboissetier



ACCUEIL << >> HOME